Carla Frison

Brésilienne, Carla débute la danse classique au sein de l'école de l'Opéra de Rio et obtient deux bourses d'études : ballet classique au Joffrey Ballet School et danse moderne au Mary Anthony Dance Foundation (New York).

En 1995, elle entre à la faculté de danse de Bahia et démarre sa carrière professionnelle au sein de diverses compagnies locales.

Pendant une tournée en France, elle décide de rester à Lyon et se perfectionne au sein de la classe danse-études de la compagnie Hallet- Eghayan. Elle intègre la compagnie et s'initie à la pédagogie aussi bien en France qu'au Brésil et au Liban.

De retour à Rio, elle passe par les compagnies Lia Rodrigues et Esther Weitzman, avant de revenir en France et participer à la création de Nosferatu de Jean-Claude Gallotta.

Après l'obtention du Diplôme d'État en danse contemporaine en 2001, Carla enseigne aux tout petits (Centre National de la Danse) comme aux professionnels. Intervenante en milieu scolaire et auprès des maîtres dans plusieurs régions de France, elle mène aussi des ateliers en milieu pédopsychiatrique (Isère) et fait la démarche de développer la danse en milieu rural ainsi qu'auprès des amateurs (Loire).

Danseuse et assistante chorégraphique, elle intègre les cies Acte, De Visu in Situ, Gradiva, Dans Ces Légendes, La Trisande, Hominibus et Clara Scotch - Philippe Jamet. Les projets chorégraphiques, les Défilés des Biennale de la Danse et les actions pédagogiques la conduisent à conjuguer l'enseignement et sa carrière d'interprète. Toujours à la recherche de perfectionnement, elle se rapproche de Carolyn Carlson et de Dominique Mercy lors de master classes, cours réguliers et stages de composition.

Depuis l'année 2003, elle entame sa propre recherche chorégraphique : court-métrage («Quartiers et Trajectoires»), performances solo (Rhône, Isère, Auvergne), collaborations avec Antonini Trio (jazz) :« Sonate en Mouvement » et « Iemanja » (commande pour représenter le Brésil aux Fêtes Consulaires).

Sa première pièce, Eveil des peaux, un duo avec le batteur Grégory D'Addario, fût créé au Musée des Beaux-Arts en avril 2004. Présentée dans diverses scènes de la région pendant deux ans, la pièce retourne au Musée en 2006 lors de l'exposition « Géricault, la folie d'un monde ».

En 2005, elle coordonne le spectacle Sinfonia para Corpos réunissant 70 participants amateurs, (Pélussin - Parc Régional du Pilat, lors de l'Année du Brésil en France).

Elle chorégraphie le Groupe de Pont-de-Chéruy (160 participants) au Défilé de la XII Biennale de la Danse de Lyon en 2006 et commence la recherche autour du bleu. En 2007, divers projets pédagogiques, notamment en partenariat avec le Musée Paul Dini et le Monastère Royal de Brou, sont menés en rapport à la pièce Quand le bleu devient Bleu, one ne peut plus faire comme s'il était vert. Des extraits sont présentés dans des lieux inhabituels tels un château, une chapelle, ou un musée.

L'année 2008 est celle d'« Enfance, Art et Langage », pôle de recherche pédagogique initié par la Ville de Lyon : une résidence à l'école maternelle V.Hugo (Lyon 1er), en partenariat avec le Musée des Beaux-Arts et la Maison de la Danse, toujours sur le thème du bleu. De plus, elle assure la direction du groupe de Rilleux la Pape pour le Défilé de la Biennale de la Danse.

CSS Valide !

Copyright Aqui Et La @2008, tous droits réservés